Menu

Présentation du voyage

Mon carnet de voyage en Iran
En 1976 j’étais allée en Afghanistan puis au Yemen en 1977. L’Iran était dans mes projets. Le 11 février 1979 l'Ayatollah Khomeini arrive au pouvoir et marque la fin de l'Empire d'Iran. En juin 1979, le mouvement pour la liberté déclare l'Iran "République Islamique". Depuis, j'ai attendu que les tensions politiques diminuent et permettent un tourisme correct. J'ai même pensé que je n'irais jamais en Iran de ma vie.

Début 2016, les relations entre la République islamique et les pays occidentaux s’apaisent. Le tourisme en Iran a le vent en poupe. Je pars !
©PlaneteJoce
Difficultés avec Internet
Mon blog n'a pas pu être rédigé comme je le fais d'habitude "en live" pour deux raisons : tout d'abord à cause de la censure iranienne : Blogger n'était pas accessible. Je ne suis arrivée à me connecter qu'au travers d'une appli VPN téléchargée sur mon téléphone, et c'était trop petit, trop compliqué pour écrire J'ai essayé durant les heures de trajet en bus, mais entre le bus qui tanguait et la petitesse du clavier... Quant à ma tablette elle ne ma servi qu'à sauvegarder les photos car je n'y avais pas téléchargé de VPN.

Et puis le voyage a été tellement copieux en visites et en rencontres que je n'ai simplement pas eu le temps.
Mais j'ai pris des notes et je m'y suis mise dès que je suis rentrée.

Mon voyage a eu lieu entre le 21 avril et le 21 mai 2016.

MES ÉTAPES

MES VIDÉOS

Cliquez sur le menu dans le coin haut/gauche (les trois lignes horizontales blanches) pour faire apparaitre la liste complète des vidéos. Refermez le tiroir avec la croix blanche sur la droite.
©PlaneteJoce

AU HASARD DE MES ARTICLES

vendredi 6 mai 2016

De Yazd à Kerman (1)

Ce matin, nous nous séparons de nos deux compagnons de voyage portugais, Pedro et Jorge, car, eux, ont des vacances plus courtes, ils reprennent leur vol demain dès l'aube... Pour cela, ils vont remonter jusqu'à Téhéran en bus et enchainer vers l'aéroport international.

Nous, nous avons encore deux semaines. Nous partons donc ce matin pour Kerman, pour voir le désert encore plus, et notamment les kaluts.

Nous avions demandé à notre chauffeur Amin de nous prendre à l'hôtel à 10 hres pour la gare routière. Mais pas d'Amin. on l'appelle, il dit "oui oui je viens". Mais toujours pas.

En plus on est vendredi... jour de congé...

On décide d'appeler Ali, notre chauffeur de l'excursion (ils se connaissent). Celui-ci a appelé Amin  En fait, Amin a confondu le départ de nos copains (à 14 hres) avec notre départ. Il n'a pas compris qu'on ne partait pas ensemble tous les quatre.

On est maintenant bien en retard. On n'a pas de billet de bus, pas de résa cette fois, on doit les acheter à la gare routière.

Amin n'a pas pu venir nous prendre, mais il a appelé un autre chauffeur pour qu'il vienne nous emmener.

Ça a été cric crac. Il a foncé notre chauffeur. La  gare routière n'est pas toute proche. Notre chauffeur nous a bien aidées, nous a amenées jusqu'au bus, a parlé au chauffeur du bus. Nous avons pris nos billets avec le chauffeur du bus et pas au guichet, et... nous sommes parties à l'heure !

VIDÉO




Tout le long du trajet, c'est le désert, et toujours. 



VIDÉO



La province de Kerman est la plus grande province de l'Iran. Kerman est la ville la plus développée de la province et la ville la plus importante dans le sud-est de l'Iran.

C'est la troisième province d'Iran par sa superficie (179 390 km2), et c'est aussi l'une des régions les plus arides du pays.

La province de Kerman peut être divisée en trois catégories : des plaines arides, des régions montagneuses avec un climat tempéré, et les régions chaudes.  

Kerman se trouve à 1840 m d'altitude et est ceinturée de montagnes. On est à la bordure occidentale du désert Kavir-e Lut.

Mais la faiblesse des précipitations annuelles (135 mm) n'empêche pas d'importantes récoltes de céréales, de dattes, d'oranges et de pistaches, grâce à un système d'irrigation ancestral (les qanats). 

Kerman est l'une des cinq villes historiques de l'Iran, très célèbre par sa longue histoire et un fort patrimoine culturel. L'existence de populations remonte au 4e millénaire av. J.C.

Le nombre de sites historiques moindre par rapport aux autres provinces, comme Ispahan ou Shiraz est dû aux dommages qui ont été infligé à cette province tout au long des siècles.

Epargnée par le terrible tremblement de terre qui a frappé la ville de Bam en décembre 2003 et tué près de 40 000 personnes, Kerman doit une partie de sa réputation à la production de superbes tapis, parmi les plus beaux d'Iran, dont les Kilims.

C'est également un excellent point de rayonnement dans la région pour visiter les ruines des forteresses de Bam et de Rayen,... et le désert...

Les taxis pas sympa

A l'arrivée à la gare routière de Kerman, nous avons parlé à une Iranienne, et nous lui avons demandé quel était le prix d'un taxi pour la ville. Elle nous dit 6000 romans. Nous n'avions aucune idée de la distance, cela change tellement d'une ville à une autre. Et heureusement, car les taxis ont essayé de nous entourlouper. On a tenu bon. Nous prenons un taxi.

Akhavan Hotel

Avenue Shahid Sadughi, à proximité de la place Azadi
+98 3412441411

Nous avions réservé l'hôtel depuis Yazd. En fait, pour faire simple, et n'ayant pas beaucoup de temps pour chercher, nous avions demandé à la réception du Kohan Hotel s'ils pouvaient nous trouver un hôtel à Yazd. Ils ont appelé celui-la, nous ont passé la communication, le prix était un pu trop cher, 60€. nous avons demandé à réfléchir. mais ce prix comprenait la demi pension, petit dej + dîner. Alors au total, why not. nous avons rappelé et nous avons books. Ils n'ont même pas demandé nos noms, seulement " I write "French ladies !".


Plus tard, après lecture du lonely Planet, je me suis rendue compte que c'était le premier dans la liste,  qu'il était en effet indiqué à 60€ dans le guide, et qu'il y avait un + pour la qualité du restaurant. Mais après avoir consulté l'Internet, qu'il se trouvait à 20 mn du centre ville, ce qui ne me plaisait pas du tout. Nous privilégions le fait de pouvoir aller à pied au centre ville, et la mauvaise expérience de Kashan est restée.

Mais dans la mesure où Kerman nous intéresse surtout non en temps que ville mais comme point de départ de l'excursion vers les kaluts... nous ne passerons que peu de temps "en ville".



A l'arrivée à l'hôtel nous sommes accueillies comme des princesses par l'un des frères (ce sont deux frères qui tiennent cet hôtel). "Asseyez vous, prenez un thé...".  Notre chambre nous attend.



Et là, c'est le "luxe" ! Digne d'un 3 étoiles...

Chambre 223



On s'informe tout de suite au sujet de notre excursion... Le prix est cher, on n'est que deux. le patron nous présente un Chinois, avec qui nous pourrions partager le taxi... Ok !

Nous partons faire un tour de reconnaissance de ville. Il est déjà tard dans la fin d'après midi. En effet, grande avenue à gros trafic. Bruit, voitures... Pas très agréable pour se promener. Nous arrivons à un premier rond point : gros travaux de chaussée, passerelle au dessus de l'avenue pour traverser...


Nous avons la surprise de voir de nombreuses boutiques de mode, et autres. Tout est ouvert, pourtant on est vendredi. Nous faisons du lèche vitrine, la mode est tout à fait sympa ici. Je me laisse tenter par... un foulard ! Après tout, c'est l'attribut principal d'une femme ici... 270 000 rials, 7 euros, le prix qu'on peut trouver en France. Mais ça a l'air d'être une boutique "chic" !). Et on sympathise avec les vendeuses... photos, photos...



On fait quelques autres boutiques, dont un shopping center. 


On trouve quelques inscriptions sur les t-shirts assez rigolotes. 
Fautes d'orthographe à l'appui...

  
On fait une rencontre assez marquante. Une jeune femme nous aborde en anglais et nous demande ce que l'on fait dans une boutique de vêtements d'aussi mauvaise qualité alors que nous, en occident ! on a la mode !!!! 

Et elle se confie d'avantage. Elle a son frère qui vit en Amérique. Elle rêve de le rejoindre et de quitter l'Iran mais... Elle a 35 ans. Elle n'est pas mariée. elle vit chez ses parents. Elle nous explique qu'une fille ne peut accéder à son indépendance par rapport à sa famille qu'en se mariant. Et elle, ne veut ps se marier.

Elle nous explique que le divorce est bien autorisé en Iran pour une femme, mais le partage n'est pas égal en cas de divorce, c'est l'homme qui reçoit tous les biens, et la femme se retrouve sans argent. Alors !!!

Elle est d'une tristesse incroyable. Et pourtant elle nous dit qu'elle a des diplômes, qu'elle est professeur d'anglais, mais...

Elle nous propose de nous revoir, pas demain (on va dan les kaluts..) mais après demain, peut être... Nous n'aurons pas le temps pour la contacter à nouveau, on court !

On remarque les peintures de rue.



Et un cinéma.


On n'est pas allé jusqu'au centre ville, cela faisait trop loin, un peu fatiguées... La nuit est tombée. Le dîner débute à 19H30. Il est déjà 20 hres passées. On rentre à pied.

Retour à l'hôtel. Il y a deux grands cars de tourisme garés devant l'hôtel...

Au restaurant

Il y a beaucoup de monde au restaurant. Un énorme groupe d'Allemands. Ils font beaucoup de bruit, mais ils ont été regroupés dans une partie du restaurant. Et un énorme groupe de Français (nous saurons par la suite qu'ils voyagent avec une organisation de province, pas un grand T.O. national). Nous faisons connaissance d'un couple neo-zelandais.

Nous partageons la table avec le Chinois avec qui nous devons partager le taxi le lendemain. Il ne dit pas grand chose, et termine assez vite son repas. Il nous dit qu'il est inquiet car il doit prendre un bus de nuit pour Mashhad demain soir qui part à 21 hres, et l'excursion... elle est censée rentrée à... 20 hres... Un peu juste, oui, en effet...

Le dîner

Quoi dire ! A la hauteur de sa réputation le restaurant ! Un délice. et surtout, trop copieux, on n'en pouvait plus du nombre de plats divers. Je m'attendais à un buffet. Mais non, on est servi à table. On leur a dit qu'on était végétariennes... Aucun soucis.



 

Des dattes de Bam... jamais mangé des dattes aussi bonnes, aussi moelleuses à l'intérieur.


Tout compte fait, on l'aime bien cet hôtel !!! 23 hres au lit !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un message, un commentaire, car c'est la meilleure façon pour moi de communiquer et d'échanger avec vous. Et si c'est écrit "Aucun commentaire", soyez le premier (ou la) à réagir !

Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante en étant loggué sur votre compte.

Sinon, choisissez "ANONYME".
Mais surtout si vous choisissez "Anonyme" PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE AU MOINS DE VOTRE PRÉNOM POUR QUE JE SACHE QUI M'ECRIT.

VOS MESSAGES M'ENCOURAGENT BEAUCOUP ET JE VOUS EN REMERCIE.