Menu

Présentation du voyage

Mon carnet de voyage en Iran
En 1976 j’étais allée en Afghanistan puis au Yemen en 1977. L’Iran était dans mes projets. Le 11 février 1979 l'Ayatollah Khomeini arrive au pouvoir et marque la fin de l'Empire d'Iran. En juin 1979, le mouvement pour la liberté déclare l'Iran "République Islamique". Depuis, j'ai attendu que les tensions politiques diminuent et permettent un tourisme correct. J'ai même pensé que je n'irais jamais en Iran de ma vie.

Début 2016, les relations entre la République islamique et les pays occidentaux s’apaisent. Le tourisme en Iran a le vent en poupe. Je pars !
©PlaneteJoce
Difficultés avec Internet
Mon blog n'a pas pu être rédigé comme je le fais d'habitude "en live" pour deux raisons : tout d'abord à cause de la censure iranienne : Blogger n'était pas accessible. Je ne suis arrivée à me connecter qu'au travers d'une appli VPN téléchargée sur mon téléphone, et c'était trop petit, trop compliqué pour écrire J'ai essayé durant les heures de trajet en bus, mais entre le bus qui tanguait et la petitesse du clavier... Quant à ma tablette elle ne ma servi qu'à sauvegarder les photos car je n'y avais pas téléchargé de VPN.

Et puis le voyage a été tellement copieux en visites et en rencontres que je n'ai simplement pas eu le temps.
Mais j'ai pris des notes et je m'y suis mise dès que je suis rentrée.

Mon voyage a eu lieu entre le 21 avril et le 21 mai 2016.

MES ÉTAPES

MES VIDÉOS

Cliquez sur le menu dans le coin haut/gauche (les trois lignes horizontales blanches) pour faire apparaitre la liste complète des vidéos. Refermez le tiroir avec la croix blanche sur la droite.
©PlaneteJoce

AU HASARD DE MES ARTICLES

dimanche 8 mai 2016

Kerman (3)

Nous avons une matinée pour visiter.... Kerman. La ville.... Nous fermons nos bagages car nous quittons l'hôtel dans l'après midi pour prendre un train de nuit et un très long voyage. Notre hôtelier a la gentillesse de nous laisser la chambre jusqu'à notre départ. Nous lui disons que nous serons de retour à 13h30, 14 hres au plus tard.   

Kerman est une très ancienne ville, mais les tremblements de terre l'ont pas mal démolie. Cependant il y a un magnifique centre ville historique, des mosquées,  de grands jardins, et un beau bazar.

La ville a probablement été fondée par le roi sassanide Ardachîr Ier au 3ème siècle. Mais ce sont les Seldjoukides qui ont construit Kerman. Cette dynastie régna sur une grande partie du sud-est de l’Iran de 1041 à 1187. Ils s’adaptèrent à la vie et aux coutumes des habitants de Kerman et y entreprirent des constructions.

Kerman fut un pôle de commerce pendant leur règne. La population vécut, par alternance, des périodes difficiles et des périodes de paix et de prospérité. 

A la fin de l’époque seldjoukide, les guerres incessantes des trois fils de Toghrul Shâh, qui durèrent vingt ans, précipitèrent la province de Kermân dans le chaos, la pauvreté et la famine. 

Le règne des Seldjoukides de Kermân prit fin avec l’arrivée des Oghouz dans cette province. 

Source, en savoir + : ICI

Nous partons à pied pour le centre ville.

A résoudre

Créditer carte Irancell

Nous partons à pied pour le centre ville. Première chose à régler : créditer ma carte Sim iranienne Irancell car cela fait plusieurs jours que je suis à sec. Seulement pour trouver l'endroit où ??? On demande tout le long du chemin, mais où trouver une mobile shop ??? On essaye plusieurs boutiques mais en vain. Comment imaginer que cela soit si difficile de créditer sa carte téléphone en Iran !!!

On nous indique ensuite qu'on peut le faire dans les "booth" ! Qu'est ce qu'un "booth" ? C'est un kiosque à journaux. Ok, mais on n'en voit pas.

Jusqu'à ce que un homme nous dit de le suivre... il ouvre une baraque sur le trottoir : c'est lui le patron de ce "booth" ! seulement c'était fermé... on ne travaille pas si tôt que cela dans cette ville...

Alors là, Ok, il me crédite ma carte, mais seulement de 5000 tomans. Jusqu'où vais-je aller avec si peu ? Je lui redemande de créditer à nouveau, il me faut 10 000 tomans. Il y a beaucoup de gens qui sont arrivés pour acheter plein de trucs, jusqu'à des bonbons...

Réparer les lunettes de Ouardia

On cherche des boutiques de lunettes, car Ouardia a les branches cassées, et ce sont des lunettes de vue... Là encore les boutiques de lunettes il y en a mais elles ne réparent pas ! 

On nous indique un endroit.... sur le trottoir... Oui, comme dans pas mal de pays, ces réparateurs que ce soit de montres, de lunettes, de chaussures, se  trouvent installés dans des petits kiosques sur les trottoirs.

Réparation en quelques minutes. Pas cher.

Changer des euros

Nous avons une "urgence" !  Changer des euros. Parce que nous sommes vraiment à court. Après avoir payé les nuits d'hôtels à Yazd, puis le bus, puis les nuits à Kerman, puis l'achat du ticket de train hier.... Et encore nous avons pu changer 50 euros avec le patron de l'hôtel....

On nous a dit qu'on trouverait au bazar. C'est évident. Seulement c'est pas évident. On demande à pain de gens, même à une guide qui accompagnait un groupe. Et on est baladé de place en place sans trouver.

Nous décidons d'abandonner, parce que le temps file. Nous allons essayer de nous débrouiller avec l'argent qui reste.

Nous arrivons sur une grande place.













Vakil Chaykhaneh

Nous retournons vers le bazar à la recherche de la  Vakil Chaykhaneh. Ce salon de thé construit en sous-sol en 1820 est surtout connu pour son architecture élégante sous des voûtes. Il y a aussi de la musique live. C'est un restaurant (le déjeuner de 12h00 à 14h30) dont les spécialités sont le khashke bademjan et le kermani khoresht bozghorme.

Mais nous y avons juste pris une boisson.



C'était autrefois un hammam. 











Des anciennes photos.









La musique.







VIDÉO


Le Bazar

Mais le temps presse. Nous empruntons les allées du bazar pour ressortir sur la grande place. Sur le passage j'achète un un gros paquet  de gâteaux à la figue (c'est toujours gros avec les gâteaux...), 150 000 rials (4 €).




Etape importante sur la route de la soie, jusqu'au début du 20 ème siècle, Kerman s'imposa comme le principal centre commercial caravanier au sud-est de l'Iran. 

Relais naturel vers l'Inde, le bazar comptait à l'époque une importante communauté hindoue. Plusieurs dizaines de tribus différentes et des tsiganes de la province de Kerman sont d'ailleurs originaires du grand sous-continent indien. 




L'entrée d'un autre hammam transformé en salon de thé.




Une placette













  
Malek (Imam Khumeini) Mosque

C'est l'une des plus anciennes mosquées de Kerman et peut-être de l'Iran. C'est la plus grande de Kerman. Elle a été construite  entre 1056 et 1069, à la période des Seljoukides (fin 11 ème siècle), sous Malek Touran, puis différentes parties, en particulier la plate-forme principale, ont été construites à l'époque de Vakil-ol-Molk. (1285A.H) 

Malek Touran, un roi seldjoukide, avait construit la mosquée pour servir de lieu de culte pour les Soufis, ainsi qu'un hamac et un hôpital. Elle fut l'unique  mosquée de la ville jusqu'à ce que la Grande Mosquée Mozaffari ait été construit. 


L'entrée sur la rue.


Son plan est quadrangulaire et elle est coiffée d'un dôme.  



Ses trois portes d'entrée sont décorées de stalactites, de stuc et pose de faïences. 






Il y a trois autels décorés de stucs qui datent de la période seldjoukide.











La tour de briques.




L'homme dont les Etats Unis ont peur

Comme souvent nous avons été abordées par un Iranien, qui se proposait de nous "montrer" la mosquée. Il était jeune. Nous étions face à une affiche sur le mur de la mosquée.



Nous pouvions comprendre la menace et la haine très forte qui transperçait dan cette affiche. Mais nous ne connaissions pas le visage de l'homme.


Le jeune homme nous a dit "C'est l'homme dont les Etats Unis ont peur". Je lui ai demandé de m'inscrire son nom sur mon carnet, car j'avoue que je ne connaissais absolument par cet homme. Je vis en France !

Haj Ghasem Soleymani

Je ne savais rien de cet homme. Alors j'ai cherché dans internet.

Qasem Soleimani, né le 11 mars 1957 à Rabor (province de Kerman), est un général iranien, commandant de la Force Al-Qods.  

Il se joint aux Corps des Gardiens de la révolution islamique en 1979, peu après la chute du Shah et l'instauration de la Révolution iranienne de l'Ayatollah Khomeini. 

Après avoir participé à l'écrasement d'une révolte kurde dans le nord-ouest du pays, il devient lieutenant. Pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), il sert sur le front sud. Pendant les années 1990, il est commandant des Gardiens de la révolution dans sa province natale de Kerman et se fait remarquer dans la lutte contre le trafic de drogues en provenance de l'Afghanistan voisin.

À la fin de 1997 ou au début de 1998, il est nommé à la tête de la Force Al-Qods, un groupe secret d'intervention extra-territoriale. Reconnu comme un brillant tacticien, y compris par les Occidentaux, il œuvre en faveur des chiites au Moyen-Orient, notamment en bâtissant la branche armée du Hezbollah libanais. 

Le 24 janvier 2011, il est nommé major général par l'Ayatollah Khamenei. 

Image d'Internet

À partir de la fin de 2012, il engage les forces armées d'Al-Qods dans le conflit syrien. À partir de 2014, il passe au front irakien et intervient notamment lors du siège d'Amerli, la bataille d'Al-Anbar, la bataille de Baïji et la Bataille de Tikrit. 

Il bénéficie d'une popularité importante en Iran, popularité qu'il encourage par l'envoi de photos prises sur les différents théâtres d'opération où il se trouve. Il est légèrement blessé le 22 novembre 2015 à al-Eiss, au sud-ouest d'Alep, lors de combats contre les rebelles.

Après la chute de Ramadi, en mai 2015, le général Soleimani accuse les États-Unis de ne "rien faire" pour aider l'armée irakienne contre les terroristes de l'État Islamique.

Une vidéo Youtube en anglais : ICI

Maintenant je sais tout. Et je sais qu'il est né à Kerman, et le pourquoi ils est autant adulé dans cette ville.

Ce jeune homme, il avait 17 ans, nous a-t-il dit. Il est étudiant. Et à part vouloir être photographié avec nous, il nous a tenu un discours très rigoriste. Il nous explique notamment que si les femmes doivent porter le foulard, c'est pour les protéger de la violence des hommes !!!! Ah oui, comme si nous, en Europe, on ne se protégeait pas... sans le voile !!!!  Et il avait 17 ans....

Vue l'extérieur de la mosquée

Nous n'irons pa visiter la Jameh mosque par manque de temps.

Moi, j'ai beaucoup aimé Kerman, parce que c'est une ville comme je les aime : qui vit. Il y a un vieux centre ville autour du bazar, il y a beaucoup de boutiques de mode moderne, et sans doute il y aurait eu d'autres endroits où j'aurais aimé flâner. Un jour de +... peut-être...

+ sur les visites à Kerman : ICI

Vite, vite, retour à l'hôtel. Cette fois-ci il nous faut trouver un taxi, parce que nous sommes en retard, et parce que nous sommes assez loin, et aussi parce que nous ne connaissons pas le chemin de retour depuis l'endroit où nous sommes.

Mais c'est pas facile de trouver un taxi, en plein milieu d'avenue.  On y arrive quand même. Il est 13h 45. On prend nos bagages, et on demande à notre hotelier de nous appeler un taxi pour aller à la gare. Mais .... le taxi se fait attendre. Il arrive à  14 h15. Il est 14 hres et notre train part à 15 hres. On nous a dit que nous devions y être 15 mn avant.

Le taxi nous coûte 6000 Tomans.

A la gare des trains


Quand on arrive, on apprend que notre train ne part pas à 15 hres mais à 15h 25 ! Alors on a couru pour rien... On ne peut même pas encore passer sur le quai. On s'installe sur les sièges de la salle.  



Et on mange des gâteaux (ceux achetés au bazar... à la figue)




Enfin il est possible de passer au comptoir de "check-in". Il faut montrer le ticket et le passeport. C'est un peu la bousculade. Il faut passer un contrôle de sécurité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un message, un commentaire, car c'est la meilleure façon pour moi de communiquer et d'échanger avec vous. Et si c'est écrit "Aucun commentaire", soyez le premier (ou la) à réagir !

Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante en étant loggué sur votre compte.

Sinon, choisissez "ANONYME".
Mais surtout si vous choisissez "Anonyme" PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE AU MOINS DE VOTRE PRÉNOM POUR QUE JE SACHE QUI M'ECRIT.

VOS MESSAGES M'ENCOURAGENT BEAUCOUP ET JE VOUS EN REMERCIE.